Ce blogue vous permettra de découvrir en quoi la vie municipale est si importante et pourquoi elle nous concerne tous. Je vous informerai de l’évolution de certains dossiers que j’ai à cœur et je partagerai avec vous mes réflexions face aux décisions qui ont la majorité du temps des impacts sur la qualité de vie des citoyens.

Pour moi ce sera une façon d’entretenir une relation avec les citoyens et également, je le souhaite, une façon de susciter un intérêt pour ce monde que je découvre depuis mon élection. Vos commentaires me seront précieux, parce que votre voix doit se faire entendre.

Diane Pelletier

lundi 18 avril 2011

Un vent favorable et quelques bourrasques


J’aimerais d’emblée, dans ce billet, rassurer les personnes des secteurs que l’on qualifie de ruraux, mais que je préfère qualifier de «non-déservis» par les services d’aqueduc et d’égouts, que je défends toujours ce dossier et cela depuis le début de mon mandat de conseillère.



 Ce n’est pas un dossier facile, mais je vais continuer de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’une forme d’équité soit reconnue et atteinte. 

Mais en même temps, à titre de conseillère, je considère que je dois également travailler pour l’ensemble de la ville de Magog. Dans ce sens, mes activités municipales au cours des deux dernières semaines, m’ont permis de constater, encore une fois, à quel point la ville de Magog, au travers ses projets, a le vent dans les voiles.

À titre d’exemple, prenons le chantier du Centre d’interprétation du marais que je suis récemment allée visiter. Un véritable bijou verra bientôt le jour à Magog, à la fin juin pour être plus précise. Ce sera un lieu unique au Québec et peut-être même au Canada.


Autre exemple, le bâtiment au quai MacPherson, dont on peut observer l’évolution des travaux de l’extérieur, nous laisse présager d’une affluence touristique riche de retombées économiques et, pour les citoyens nostalgiques, l’impression du retour de leur vieille gare.

 Parlant de projets qui ont le vent dans les voiles, nous pourrions également mentionner la Fête des vendanges qui vient de recevoir, lors du «Gala des Grands Prix Tourisme», le prix régional dans la catégorie «Événements touristiques budget de plus de 1 million».  On lui souhaite la meilleure des chances pour l’obtention du Grand Prix national. Les organisateurs méritent amplement d’être félicités pour leur implication qui fait de cet événement, année après année, un réel succès.


Cette semaine, j’ai également participé au colloque organisé par la Conférence régionale des élus et Tourisme Cantons de l'Est ayant pour thème «Tourisme durable et art de vivre : Vision 2020». 


Plusieurs spécialistes à cette rencontre soutiennent que les tendances touristiques pour l’avenir sont claires. Selon eux les gens recherchent de plus en plus des lieux de bien-être, des lieux de ressourcement, des lieux où l’on prend le temps de vivre. Magog a tout pour attirer ce type de visiteurs.

Et plus important encore, cette effervescence positionne Magog comme une ville dynamique, ce qui attire les investisseurs potentiels. Le développement actuel, j’en suis convaincue, est un ingrédient des plus favorables à la création d’emplois et nous serons tous gagnants, quel que soit le secteur auquel on appartient.

lundi 11 avril 2011

Pourquoi?


Quelques mois avant les élections municipales de 2009, alors que je réfléchissais sur mon désir de devenir conseillère municipale, j’ai consulté plusieurs personnes.

Les commentaires du genre : «Y as-tu vraiment pensé, un univers de magouille?» ou «De toute façon, tu vas perdre ton temps, on ne peut rien changer!», je les ai entendus à maintes reprises.

Mais j’ai aussi entendu d’autres personnes me dire : «Quelle bonne idée de t’impliquer socialement!» ou «Pourquoi pas, c’est une bonne façon de mettre à profit tes connaissances et ton expérience!»

Depuis mon élection, j’ai découvert, cet univers politique et le rôle de conseiller, rôle qui diffère quelque peu d’un conseiller à l’autre puisque chacun s’implique selon sa personnalité, ses intérêts et en fonction de ses valeurs. J’ai également découvert que certains dossiers suscitent des débats plus que d’autres, ce qui est sain, quand c’est fait dans le respect.

Durant ma campagne, je me suis engagée à faire valoir les besoins des citoyens que je représente, mais aussi les besoins de l’ensemble de la municipalité. J’ai aussi mentionné que je chercherais à améliorer la qualité de notre milieu de vie. J’essaie toujours de prendre mes décisions à partir de cette grille de lecture.

Cependant, il y a parfois des décisions difficiles à prendre:

  •  intérêt collectif versus besoins individuels,
  • développement économique versus protection de l’environnement,
  • dépenses versus investissements,
  • amélioration de notre milieu de vie versus stagnation.

 Je lis, je me renseigne, j’écoute, j’échange, j’évalue. Je me questionne, parfois je doute, mais en fin de compte, je prends position, parce que cela fait partie du rôle de l’élu.

lundi 4 avril 2011

Une bibliothèque attendue

Le rapport annuel 2010 sur les activités de la bibliothèque confirme l’importance et l’intérêt de cette institution municipale pour les citoyens. Ainsi, on y lit que la clientèle de la bibliothèque a augmenté de 1,2 %, soit 102 643 visites. Il y a eu 154 334 prêts de documents.




On constate également une hausse de 25,7 % des réservations de documents sur internet via le catalogue en ligne. Les trois titres de livres les plus demandés ont été «Revenir de loin» de Marie Laberge, «Un bonheur si fragile», volume 4, de Michel David et «RU» de Kim Thuy.  Fait intéressant, alors qu’on a l’impression que les jeunes ne sont intéressés que par les univers électroniques, 13 % de la clientèle est constituée de jeunes de moins de 12 ans.

Notre bibliothèque, nous venons de le voir, constitue un lieu d'accès privilégié aux œuvres d’auteurs.  Les statistiques que je viens de vous livrer en témoignent.  Mais une bibliothèque, c’est beaucoup plus. C’est aussi un lieu de loisir et de plaisir, un lieu d'études, un lieu de diffusion culturelle, un lieu d’animation et de partenariat avec le milieu, un lieu d'éducation permanente favorisant le renouvellement et l'enrichissement de nos connaissances tout au long de notre vie.



 À ce titre, ou devrais-je dire, à ces nombreux titres notre bibliothèque, comme vous le constaterez à la lumière de statistiques qui suivent, joue bien son rôle.

Ainsi, toujours selon le rapport annuel 2010, il y a eu 7 visites d’initiation pour les jeunes, 31 rencontres du club de lecture et 40 heures du conte ; pour les adultes et leurs familles, il y a eu 14 rencontres d’auteur et 16 rencontres du club de lecture. Enfin, dans le cadre du programme de lecture aux ainés, 7 résidences ont été visitées. Les ateliers d’informatique sont toujours aussi populaires : une centaine d’ateliers ont été offerts à 478 personnes, une hausse de 13 %. On se réjouit de savoir que la nouvelle bibliothèque offrira un espace beaucoup plus approprié pour répondre aux besoins de cette clientèle grandissante. Le club informatique, quant à lui, a rejoint 376 personnes dans le cadre de 18 rencontres.

Toutes ces données nous font comprendre pourquoi tant de personnes sont en attente de la nouvelle bibliothèque. Les travaux se poursuivent. On accuse toutefois certains retards du entre autres aux surprises que révèlent ce vieux bâtiment ainsi qu’à la précision des besoins quant à l’utilisation du sous-sol. Pour l’instant, il est plus prudent de ne pas avancer de date, mais il n’y a pas lieu de s'inquiéter ou de s’alarmer.


Dès que nous connaîtrons la date finale de fin des travaux, le service des communications et le Comité de la nouvelle bibliothèque informeront la population sur les étapes décisives en vue du déménagement, à savoir la fermeture de la bibliothèque existante et la stratégie du service à la clientèle pendant la fermeture, le déménagement lui-même et l’ouverture de la nouvelle bibliothèque.