Ce blogue vous permettra de découvrir en quoi la vie municipale est si importante et pourquoi elle nous concerne tous. Je vous informerai de l’évolution de certains dossiers que j’ai à cœur et je partagerai avec vous mes réflexions face aux décisions qui ont la majorité du temps des impacts sur la qualité de vie des citoyens.

Pour moi ce sera une façon d’entretenir une relation avec les citoyens et également, je le souhaite, une façon de susciter un intérêt pour ce monde que je découvre depuis mon élection. Vos commentaires me seront précieux, parce que votre voix doit se faire entendre.

Diane Pelletier

mardi 30 août 2011

Le long de la rivière Magog


Samedi dernier, on pouvait lire dans La Tribune la confirmation de l’implantation du restaurant Fondissimo dans l’ancienne C.S. Brooks, jadis une usine de la Dominion Textile.

Je tiens à saluer ces gens qui par leur audace contribuent à redonner vie à un quartier. Ils viennent rejoindre les studios de Lyne ST-Roch et l’architecte Sylvain Pomerleau.

La nouvelle bibliothèque, qui ouvrira ses portes sous peu, créera un intérêt pour le secteur et ces entreprises viennent ajouter à la trame de vie urbaine du quartier. Graduellement, le centre-ville s’étendra en profitant de cet espace exceptionnel le long de la rivière Magog.

On ne peut qu’espérer que d’autres seront allumés par ce lieu au cœur de l’histoire de Magog.

 L’affiche promotionnelle qui annonce le déménagement de Fondissimo parle d’elle-même : PASSÉ & PRÉSENT -  Fondissimo se transporte au cœur de l’histoire.

mercredi 10 août 2011

Le Memphrémagog, une richesse collective à préserver

J’ai assisté samedi dernier à l’assemblée générale annuelle de Memphrémagog Conservation inc (MCI). Les membres présents ont été invités à partager leurs préoccupations par rapport à la présence toujours grandissante d’embarcation sur le lac, qui doit-on le rappeler est le réservoir d’eau potable des villes de Sherbrooke et de Magog.


On le sait la navigation a des impacts environnementaux qui affectent la qualité de l’eau. MCI pose donc des questions :
  • Combien de bateaux le lac peut-il accommoder sans que la qualité de son eau n’en soit affectée?
  • Quels sont les impacts des bateaux moteurs sur les sédiments de fond et la remise en suspension du phosphore?
  •  Qui s’assure que les systèmes septiques sont bien scellés et qu’ils sont bien vidangés aux stations de pompage prévues à cette fin?
 La navigation cause également des problèmes de nuisance par le bruit, particulièrement occasionnés par les bateaux de course ou speedboat.

MCI a recensé 4000 embarcations dans la partie québécoise du lac dont 3400 bateaux à moteur.

Que l’on soit riverain ou non, il nous appartient de respecter cet environnement naturel qui constitue un bien collectif d’une valeur inestimable. Devrons-nous passer par une série de règlements pour protéger la qualité du lac ou pourrons-nous compter sur le civisme de chacun?

Le débat est lancé, mais une chose est certaine, il faut s’attaquer au problème dès maintenant. Les maires des municipalités autour du lac ont commencé à travailler ensemble. Déjà cette année, on s’est entendu sur un tarif commun pour les descentes à bateaux.

Pour ma part, j’apporterai ce dossier à la commission environnement et services techniques et j’entends défendre la nécessité d’identifier les mesures à mettre en place pour la protection de notre lac qui constitue non seulement un réservoir d’eau potable, mais aussi un plan d’eau favorable pour la baignade.


On n’a qu’à se promener le long du sentier adjacent à nos deux plages publiques, par journées ensoleillées l’été, si on a besoin d’être définitivement convaincu de ce dernier point.

mercredi 3 août 2011

Précieuses collaborations

En rédigeant le texte qui suit à l’intention des membres de la Société de conservation du Lac Lovering, j’ai encore une fois pris conscience de l’importance du rôle des associations de protection de lacs et des associations de propriétaires dans le district Des Deux lacs. Ces associations contribuent par leurs actions à la qualité de vie des citoyens. Que ces soit par le partage de services communs, l’entretien des parcs ou par l’information et la sensibilisation de leurs membres. Les conseils d’administration qui se dévouent à ces tâches méritent nos félicitations.


Bonjour,

Je suis ici aujourd’hui à titre de conseillère du district Des Deux Lacs ainsi que présidente de la commission environnement et services techniques.

Tout comme vous, j’ai particulièrement à cœur la protection de notre environnement. En me présentant comme conseillère, j’avais pris l’engagement de poursuivre les actions visant à préserver la qualité de nos lacs. 

C’est dans cet esprit que j’ai participé cette année aux différentes rencontres organisées par la Ville afin d’entendre les préoccupations des trois associations de protection de lac et rechercher, par ce biais, une certaine complémentarité dans nos actions.

Dans le prolongement de ces rencontres, nous souhaitons organiser, au cours de la prochaine année, une rencontre regroupant les trois associations afin de partager les connaissances et les façons de faire. On dit que deux têtes valent mieux qu’une ; imaginez  trois !

Au conseil municipal nous avons également écouté vos préoccupations relatives à un possible développement immobilier dans le secteur de la ferme Tryon. Les décisions prises l’ont été en tenant compte de vos inquiétudes environnementales et nous entendons rester vigilants sur ce point.

Une autre de nos actions a porté sur le choix que nous avons fait d’opter pour le bac brun et la biométhanisation. Ce choix nous assure, entre autres choses, que le site de Waste Management, comme lieu d’enfouissement, ne sera plus utilisé.

La prochaine année sera importante en ce qui a trait à la protection de la bande riveraine. Nous savons que la municipalité d’Orford a diminué ses exigences et certaines personnes aimeraient bien voir Magog faire de même, mais ce n’est pas l’orientation que nous entendons prendre.  Il s’avère donc que nos actions d’information et de sensibilisation soient plus que jamais nécessaires.

Enfin, je tiens à féliciter votre conseil d’administration pour leur excellent travail. Des gens qui savent défendre leur point de vue en demeurant ouverts à la collaboration. Je crois que c’est d’ailleurs la meilleure façon d’atteindre nos objectifs communs.