Ce blogue vous permettra de découvrir en quoi la vie municipale est si importante et pourquoi elle nous concerne tous. Je vous informerai de l’évolution de certains dossiers que j’ai à cœur et je partagerai avec vous mes réflexions face aux décisions qui ont la majorité du temps des impacts sur la qualité de vie des citoyens.

Pour moi ce sera une façon d’entretenir une relation avec les citoyens et également, je le souhaite, une façon de susciter un intérêt pour ce monde que je découvre depuis mon élection. Vos commentaires me seront précieux, parce que votre voix doit se faire entendre.

Diane Pelletier

lundi 23 janvier 2012

Processus d’évaluation du DG - Une autre version


En tant que membre du premier comité d’évaluation du Directeur général, je crois important de préciser certaines informations suite à la parution d’un article dans La Tribune de lundi le 23 janvier 2012, intitulé : Une firme suggérait de remplacer Armand Comeau.

Ce que l’article ne mentionne pas c’est qu’un comité, dont je faisais officiellement partie en tant que conseillère municipale, avait été mandaté pour évaluer le DG.  Je considère qu’il importe de mentionner ici que mon expérience de vingt ans comme gestionnaire au gouvernement du Québec ainsi que les formations que j’ai suivies sur le processus  d'évaluation du personnel me permettaient de m’acquitter professionnellement de cette responsabilité.

L’analyse des faits proposés par la Firme, le processus utilisé et la manière retenue pour évaluer le DG ne me permettaient pas d’endosser les conclusions et les recommandations de celle-ci. J’ai informé la mairesse de mon désaccord quant aux résultats de la firme Perrault et que conséquemment  j’en ferais part au conseil.

C’est à la suite de cette intervention, et des discussions qui ont suivi que les membres du Conseil ont décidé de ne pas entériner la recommandation de la Firme Perrault mais plutôt de prolonger de six mois la période de probation du directeur général.

J’ai ce même soir présenté à mes collègues les recommandations suivantes :
  1. Faire part au DG des ajustements à apporter.
  2. L’entendre sur les propositions qu’il avait à faire relativement à la description de tâche du DGA.
  3. Et, afin que la mairesse et le DG puissent tous les deux exploiter au maximum leurs indéniables compétences, faire appel à un médiateur professionnel qui pourrait leur permettre d’identifier leurs attentes respectives et retrouver un terrain de confiance.
Je dois ajouter que cette dernière recommandation ne donne de bons résultats que si les deux parties en cause sont de bonne foi et démontrent un esprit positif. Un sur deux ne suffit pas!

Il aurait été souhaitable que cette crise se règle à l’interne. Je considère que la ville de Magog n’avait pas à revivre une telle saga! Maintenant qu’elle est sur la place publique, il faudra y faire face et trouver les meilleures solutions, pour la Ville et ses citoyens. De nombreux dossiers importants sont sur la table et notre DG actuel peut certes, puis-je me permettre, nous aider à les mener à terme.



P.-S

La devise « Fidelitate et Labore » (par la fidélité et le travail) rappelle que les citoyens de Magog ont su, par leur travail acharné et leur fidélité à Magog, faire fructifier les dons d'une nature généreuse. 

lundi 16 janvier 2012

Participation citoyenne

Un sondage récent mené par Cogeco, indique que les séances du conseil font partie des émissions les plus regardées sur TVCOGECO Magog et attirent plus de 62 % de l’écoute.


Par ailleurs, vous êtes de plus en plus nombreux à assister aux séances du conseil, les rendant ainsi plus dynamiques et plus intéressantes.

Je crois qu’il faut souligner cette participation citoyenne et féliciter ceux et celles qui contribuent de cette façon à notre vie collective. Vos questions nous permettent de mieux informer la population en plus de nous faire connaître davantage vos préoccupations par rapport à la gestion municipale et au développement de Magog. Vous nous aidez à mieux vous représenter.

Nous aurons au cours de la prochaine année des décisions importantes à prendre, entre autres, en ce qui a trait au projet d’usine de biométhanisation (procédé par lequel la matière organique est transformée en biogaz). Un dossier complexe qui demande de s’informer, de lire  et qui exige une profonde réflexion. Nous devons faire un choix collectif pour les vingt prochaines années. Si vous êtes intéressés par ce projet, je vous invite à vous renseigner et à être à l’écoute.

Le dossier de la revitalisation de la Rue Principale prendra également de l’importance. J’ai compris que ce genre de dossier demande de faire preuve de patience et de privilégier une approche par étapes.



Nous entreprendrons d’ici le printemps, ce qui constitue l’une des premières étapes, une consultation sur ce que vous attendez de cette rue. Nous serons accompagnés dans cette démarche par La Fondation Rue principale qui depuis 25 ans a soutenu plus de deux cents municipalités. Cet organisme préconise la discussion, la collaboration et la concertation entre les citoyens, les élus, les gens d’affaires.

La démarche vise une meilleure coordination des efforts des partenaires pour favoriser un développement harmonieux, une relance économique et une amélioration générale de la qualité de vie du milieu. Ce que nous allons imaginer devra être planifié en tenant compte des capacités financières de la Ville. Des travaux qui s’étendront sans doute sur quelques années.

Je nous souhaite une année riche de discussions qui nous soutiendront dans la prise de bonnes décisions pour la conservation et l’amélioration de notre milieu de vie.