Ce blogue vous permettra de découvrir en quoi la vie municipale est si importante et pourquoi elle nous concerne tous. Je vous informerai de l’évolution de certains dossiers que j’ai à cœur et je partagerai avec vous mes réflexions face aux décisions qui ont la majorité du temps des impacts sur la qualité de vie des citoyens.

Pour moi ce sera une façon d’entretenir une relation avec les citoyens et également, je le souhaite, une façon de susciter un intérêt pour ce monde que je découvre depuis mon élection. Vos commentaires me seront précieux, parce que votre voix doit se faire entendre.

Diane Pelletier

mercredi 25 avril 2012

L’équité, ingrédient majeur d’appartenance

«L’appartenance n’est pas le fait de se trouver avec ou dans un groupe puisqu’on peut s’y trouver sans le vouloir; elle implique une identification personnelle, des attaches affectives, l’adoption de ses valeurs, de ses normes, de ses habitudes et le sentiment de solidarité avec ceux qui en font aussi partie.»  Mucchielli  

Voici l’allocution que j’ai prononcée le 24 avril 2012 à la conférence de presse présentant des solutions pour l’équité fiscale.




Bonjour,

Je pense que vous le savez tous, le dossier de l’équité était ma grande priorité. J’ai été persévérante, on m’a parfois trouvé dérangeante et peut-être même achalante.

Aujourd’hui les résultats sont là grâce à un travail d’équipe. Je tiens à remercier la mairesse Mme Hamm qui depuis le début à endosser ce dossier, mon collègue conseiller Michel Bombardier pour son ouverture et sa collaboration, le personnel de direction impliqué dans le recherche de solutions et plus particulièrement le directeur général Armand Comeau pour son sens de la négociation qui nous a permis d’ajuster nos points de vue respectifs. Je considère que sa contribution a été un élément clé dans le dénouement harmonieux de cet important dossier collectif.

Le dossier étant complexe, les discussions ont été ardues et, comme dans toute bonne négociation, nous avons cherché des solutions d’avenir procurant un bénéfice pour l’ensemble des citoyens plutôt que de ramener des débats issus du passé.

Je crois que les citoyens «non desservis» seront satisfaits des résultats obtenus. Dorénavant, ils auront à payer uniquement la part qui leur revient, soit environ  20%  de certains des travaux relatifs aux infrastructures d’aqueduc et d’égout et des réseaux de distribution sur quatre artères principales dans le périmètre urbain municipal et dans le parc industriel. Je tiens à rappeler aux citoyens «desservis» que les citoyens «non desservis» continueront à assumer la totalité des frais inhérents à leur puits artésien, fosse septique et champ d’épuration.

Je suis également très satisfaite de la confirmation ce matin d’un partage équitable des budgets de réfection de voirie auquel s’ajoute l’élaboration d’un plan directeur du réseau routier du secteur rural, dont le secteur du lac Lovering, qui, comme on le sait, constitue un cas bien particulier.

La confirmation et l’élargissement du programme de soutien au déneigement des rues privées répond également à une demande persistante de ces contribuables qui, on doit en convenir ne coûte pas très cher à la municipalité, contrairement à ce qu’elle aurait à payer si elle avait à assumer l’entretien complet.

Les solutions présentées ce matin en plus d’apporter une réponse concrète au problème d’équité auront un impact sur le sentiment d’appartenance des citoyens.

lundi 16 avril 2012

Quatre brefs sujets

Ce soir, je vais aborder quatre sujets.

Premièrement, je voudrais corriger une perception que peuvent avoir certains citoyens, perception exprimée il y a deux semaines par monsieur Raymond, lors de la séance du Conseil, lorsqu’il s’interrogeait sur le temps consacré par les directeurs et directrices à leur travail.

Je suis impliquée dans plusieurs dossiers et ceci m’amène à côtoyer régulièrement les directeurs et les directrices de la Ville. Je peux vous assurer, en ce qui me concerne, que tous, y compris le DG, sont fidèles au poste chaque fois que j’ai recours à leur expertise ou à leurs conseils. La ville de Magog est privilégiée d’avoir cette qualité de gestionnaires qui ont à cœur l’avenir de notre Ville et qui ne compte pas leur temps. Enfin, ce n’est pas parce qu’on ne voit pas quelqu’un qu’il n’est pas en train de travailler, ça risque même d’être le contraire. 

Deuxièmement, nous avons reçu notre bac brun et nous sommes présentement en phase d’apprentissage. Il faudra y mettre un peu de temps au début, mais dans quelques mois nous aurons développé les réflexes. Je vous invite à consulter le guide qui vous a été distribué et qui répond à bien des questions.


Troisièmement, j’ai eu le plaisir, la semaine dernière, d’entendre deux maires nous présenter la façon dont ils s’y sont pris pour attirer et retenir de jeunes familles dans leur municipalité.

Ainsi, à St-Joachim de Shefford, une municipalité d’environ 1 500 habitants, on a misé sur l’implantation du réputé programme primaire du Baccalauréat international pour conserver l’école primaire menacée de fermeture. Cependant, la priorité est donnée aux résidants. Les autorités municipales ont pu offrir aux nouvelles familles des terrains à prix abordable, parce qu’en 1992, la Ville a acheté un terrain au prix de 60 000$. Cette décision avait, à l’époque, été mal reçue par la population. Aujourd’hui la Ville vend ses terrains aux jeunes familles qui viennent s’installer. La municipalité en a vendu pour plus de 1 million de dollars. Je retiens donc de cette rencontre que d’avoir de la vision et de l’audace peut parfois être payant.

Et pour terminer, je vous invite à participer, le 29 mai ou le 9 juin, à la rencontre de consultation de la planification stratégique. C’est de votre avenir qu’il sera question.

lundi 2 avril 2012

Feu vert sur le centre-ville

Lorsque je me suis présentée aux élections municipales, j’avais parmi mes priorités la revitalisation du centre-ville. C’est donc avec plaisir et enthousiasme que j’ai accepté de représenter le conseil municipal à la Société de développement du centre-ville (SDC) dont la vision est de faire du centre-ville un milieu prospère, pour et par ses membres.

Lors de mes rencontres au conseil d’administration de la SDC et de mes discussions avec des membres, j’ai constaté les difficultés de l’organisme à susciter l’intérêt, la participation et le partenariat.

Par ailleurs, mon propre objectif se veut plus large que celui de la SDC puisque mon désir est non seulement de promouvoir, développer et maintenir l’activité commerciale du centre-ville, mais de faire du centre-ville un milieu de vie pour l’ensemble de la population de Magog et un pôle d’attraction touristique.

C’est dans ce contexte que j’ai entrepris des démarches auprès de la Fondation Rues Principales, un organisme sans but lucratif, et que j'ai proposé aux membres du conseil de faire appel à cette organisation pour nous aider à établir nos objectifs par rapport à l’avenir de notre centre-ville.

Le centre-ville et la rue Principale sont, comme je viens de le mentionner, des milieux de vie et en ce sens ils appartiennent à tous les citoyens et non seulement aux commerçants. Pour nous en convaincre, on n’a qu’à s’y promener, surtout par jour de soleil, pour y constater que ce secteur de notre ville est littéralement envahi. On y vient non seulement pour faire des achats, mais aussi pour sortir de sa solitude, pour échanger, établir des contacts avec d’autres citoyens et, pour simplement flâner.

La Ville entend donc assumer le leadership du projet de revitalisation. Ce travail sera fait en collaboration avec ceux et celles qui ont à cœur la vitalité tant économique que sociale de cette rue. Les commerçants seront consultés que ce soit par l’intermédiaire de la SDC ou par d’autres mécanismes. Leur participation et leur collaboration seront essentielles au succès de la démarche dont les travaux débuteront au cours du mois d’août. 
 

Dans un autre ordre d’idée, j’ai participé le 21 mars dernier à une activité organisée par Cuisines Collectives "Bouchée-Double" Memphrémagog. En plus de promouvoir l’autonomie alimentaire, l’organisme contribue à développer de saines habitudes alimentaires un élément essentiel à la santé de notre population. Je les félicite pour leur excellent travail.