Ce blogue vous permettra de découvrir en quoi la vie municipale est si importante et pourquoi elle nous concerne tous. Je vous informerai de l’évolution de certains dossiers que j’ai à cœur et je partagerai avec vous mes réflexions face aux décisions qui ont la majorité du temps des impacts sur la qualité de vie des citoyens.

Pour moi ce sera une façon d’entretenir une relation avec les citoyens et également, je le souhaite, une façon de susciter un intérêt pour ce monde que je découvre depuis mon élection. Vos commentaires me seront précieux, parce que votre voix doit se faire entendre.

Diane Pelletier

mardi 21 août 2012

Réfection des routes, bilan et perspective


Quel bel été de chaleur et de soleil; conditions climatiques particulièrement favorables pour les travaux routiers qui s’imposaient. Je pense que nous avons tous apprécié. J’ai entendu bien des commentaires positifs, entre autres pour les travaux sur la rue Merry Sud et pour les améliorations apportées au carrefour Hatley et Merry.


Par ailleurs, le nouveau lignage et les bollards semblent être efficaces. Nous sommes cependant conscients que d’autres correctifs devront être apportés. Le carrefour demande une vigilance constante de tous les usagers que ce soit piétons, cyclistes ou véhicules. Vos commentaires ou suggestions sont toujours les bienvenues.

Ailleurs dans le district que je représente, d’autres rues sont en attente d’amélioration, dont certaines depuis longtemps. C’est le cas de la rue Miller pour laquelle des citoyens revendiquent des améliorations depuis quelques années maintenant.  À nouveau cet été, 140 citoyens du lac Lovering, qui empruntent régulièrement la rue Miller, ont voulu se faire entendre en transmettant à la Ville autant de lettres réclamant que la rue soit refaite pour la rendre praticable et sécuritaire en toute saison. Plus précisément, la requête vise à inscrire les travaux de cette rue aux priorités de 2013.

Cette dernière attente a été transmise au bon moment puisque nous aurons, au cours de l’automne, à prendre les décisions relatives au budget affecté au réseau routier. Je ne peux rien promettre, mais soyez assuré que votre dossier sera analysé et défendu avec énergie.

mercredi 8 août 2012

Oser se mouiller


Les pieds dans l’eau au bout du quai, en fin de journée, à la tombée du jour, la plus belle heure pour apprécier le bonheur du lieu. Le calme après l’effervescence d’une journée de canicule ou petits et grands ont profité de la fraicheur de l’eau et où les bateaux s’en sont donnés à cœur joie, parfois un peu trop pour la santé des berges et les oreilles de certains et cela à cause de quelques conducteurs d’embarcations immatures qui s’imaginent que le bruit de moteur et la vitesse sur l’eau constituent une joie pour tous.

Malgré ce dernier inconvénient,  j’apprécie grandement la chance que j’ai de vivre dans un environnement aussi exceptionnel.  C’est pour cela que je pense qu’une ville qui a accès à trois lacs sur son territoire, comme c’est notre cas, doit mettre les énergies qu’il faut pour conserver ces lieux pour les générations futures.


 Depuis quelques années déjà, la ville de Magog a mis en place diverses mesures et réglementations, que ce soit pour la protection de la bande riveraine, sur l’utilisation des engrais et des pesticides ou encore sur la vérification de la conformité des installations septiques existantes. Par ailleurs, des mesures de contrôle de l’érosion sur les chantiers de construction, des directives pour le maintien du couvert forestier ainsi que la formation des employées de voirie pour l’entretien des fossés sont autant d’actions qui confirment les préoccupations municipales en matière de protection de l’environnement. Il convient également de mentionner le rôle de LAMRAC qui en plus d’offrir diverses activités de sensibilisation et d’éducation assure la protection du marais de la rivière aux cerises un important milieu humide de notre municipalité.

Et que dire du travail des bénévoles des quatre associations de protection qui œuvrent sur notre territoire, pour certaines depuis plus de quarante ans et qui contribuent grandement à l’information et à la sensibilisation des citoyens. Ce sont des partenaires précieux.

Mais tous ces efforts auraient peu d’impact sans la participation des citoyens dans leurs gestes quotidiens. On le sait ces mesures, qui ont pour objectifs de protéger l’environnement, nous obligent parfois à modifier des habitudes de longue date et surtout à avoir un regard différent sur ce qu’est un aménagement de bord de l’eau. Le virage n’est pas nécessairement facile, je le reconnais. Je me demande parfois si nous ne sommes pas trop exigeants avec nos règlements. Mais quand je vois l’apparition de cyanobactéries à certains endroits, comme ce fut le cas récemment, je me dis qu’il ne faut pas baisser les bras et continuer à être vigilent et éco responsable.

Il est tout de même rassurant de savoir que l’environnement est au cœur des préoccupations des québécois. C’est ce que révèle un sondage réalisé auprès de 4 200 personnes par l’Union des municipalités : 54 % des répondants se disent très préoccupés par les problématiques environnementales et par les changements climatiques.  Encourageant, n’est-ce pas?