Ce blogue vous permettra de découvrir en quoi la vie municipale est si importante et pourquoi elle nous concerne tous. Je vous informerai de l’évolution de certains dossiers que j’ai à cœur et je partagerai avec vous mes réflexions face aux décisions qui ont la majorité du temps des impacts sur la qualité de vie des citoyens.

Pour moi ce sera une façon d’entretenir une relation avec les citoyens et également, je le souhaite, une façon de susciter un intérêt pour ce monde que je découvre depuis mon élection. Vos commentaires me seront précieux, parce que votre voix doit se faire entendre.

Diane Pelletier

lundi 21 janvier 2013

Bleu, Vert, Brun

Lors de la séance du 17 décembre, j’ai annoncé mon intention de prendre le temps de parole qui m’est alloué pour expliquer certains dossiers.

Les informations qui ont été véhiculées dans les journaux au cours des dernières semaines, concernant plusieurs dossiers municipaux comme, entre autres, celui de la fibre optique ou de la biométhanisation m’ont confirmé de la nécessité de mieux expliquer aux citoyens et citoyennes la teneur de certains de ces dossiers.

Ce soir, je vous parlerai du dossier traitant de la gestion des matières résiduelles. Plus particulièrement, je vous parlerai des coûts engendrés par gestion de nos trois poubelles bleue, verte et brune qu’il nous est si facile d’amener à la rue.

Commençons par la verte. Une fois ramassé, son contenu est transporté dans un lieu d’enfouissement technique de la MRC Brome-Missisquoi. Le coût pour la collecte et la disposition est de 72.02$ la tonne. Quant au contenu de la bleue, il est transporté à Sherbrooke dans un centre de tri pour le recyclage. Le coût de la tonne est de 42.12$. Enfin, le contenu de la brune est transporté à Coaticook pour être transformé en compost. Le coût de la tonne est de 46.52$. On constate que ce coût est beaucoup moins élevé que le coût occasionné par la gestion du bac vert.

Hier, en prenant une marche, j’ai remarqué que les citoyens avaient mis leur bac bleu à la route, mais que très peu d’entre eux l’avaient accompagné du bac brun. 

Est-ce parce qu’ils continuent à mettre le contenu du bac brun dans le bac vert comme avant? 

Je ne peux pas vous répondre, mais je dois admettre que je fus quand même quelque peu désappointée.

 Avant l’arrivée du bac brun, je faisais moi-même mon compost avec mes déchets de table. Je le faisais de bon cœur, mais ce n’est pas une tâche que j’affectionnais pour autant. Mais maintenant, avec le bac brun, quelle facilité!

D’ici 2020, le gouvernement du Québec interdira à toutes les municipalités l’enfouissement des matières organiques. La première mesure prise par la ville pour répondre à cet objectif a été l’implantation du bac brun dont le coût est beaucoup plus bas que le bac vert et pour lequel la municipalité peut recevoir une redevance selon notre niveau de performance.

La deuxième mesure sera la possible construction d’une usine de biométhanisation financée à la fois par le privé et par une subvention gouvernementale. L’appel de proposition en cours nous permettra de confirmer si le projet est réalisable selon les règles établies par la Ville. Dans le cas contraire, il nous faudra trouver une autre solution.

Le portrait est clair, si l’on veut diminuer les coûts de gestion des matières résiduelles et répondre aux exigences gouvernementales, il nous faut collectivement et individuellement utiliser au maximum le bac brun. Et, selon moi, ce n’est pas réellement une question d’effort personnel, mais une question de bonne volonté citoyenne.

Cette année, vous constaterez en recevant votre compte de taxes une augmentation de 10$ à la tarification pour la collecte et la disposition des matières résiduelles. Cette augmentation est principalement due au nouveau contrat de collecte des trois bacs qui tient compte d’une augmentation de service, soit la collecte à deux voies. Ce type de collecte permet de vider le bac brun toutes les semaines évitant ainsi les problèmes d’odeur qui inquiétaient la population.

Selon les calculs de la division environnement, une augmentation de 20% de l’utilisation des bacs bruns et bleus permettrait de réduite la tarification de près de 10$. À nous d’agir.

Enfin, je vous tiendrai au courant des résultats de l’appel de proposition dès que j’aurai de l’information pertinente sur le sujet.